La forêt communale de Fénétrange

Publié le par Christian Walker et Gérard Stébé

Présentation

La forêt communale de Fénétrange, d’une contenance de 285.84 ha, est affectée principalement à la production de bois d’œuvre feuillu, tout en assurant la protection générale des milieux et des paysages.

Les essences qui la composent sont les suivantes : chênes sessiles et pédonculés (58%), hêtre (10%), charme (21%), feuillus divers : frêne, bouleau, aulne (10%) et résineux divers : pin sylvestre, épicéa (1%).

Les parcelles forestières sont numérotées de 1 à 21.

Elles sont codifiées de la façon suivante :

« r » pour régénération

« j » pour jeunesse

« a » pour amélioration

Description des peuplements et état sanitaire

Les jeunes peuplements (régénération, croissance) représentent plus de la moitié de la forêt.

Les peuplements en maturation (à bois moyen et gros bois) et mûrs (à gros bois) étant proportionnellement moins nombreux que ces jeunes peuplements, il y aura nécessairement un déficit dans les récoltes de gros bois à moyen terme.

L’état sanitaire des jeunes peuplements est bon.

Les gros et très gros bois de peuplement en maturation ont une durée de survie limitée de 15 à 45 ans. Comme dans certaines forêts voisines, la forêt de Fénétrange présente depuis 2013 un

dépérissement de chênes de grande ampleur : sont touchées les parcelles 6, 8, 9, 12 et 13.

Le dépérissement du chêne pédonculé : Le chêne pédonculé est l’espèce très majoritairement concernée par ces phénomènes.

Les causes du dépérissement sont diverses : sécheresses estivales successives ( par stress hydrique intense), présence d’au moins une ou deux défoliations par la chenille processionnaire, vulnérabilité croissante avec maturation du peuplement, présence enfin de divers bio agresseurs (insectes, coléoptères qui colonisent les arbres très affaiblis et jouent un rôle décisif dans le processus de mortalité). Le champignon armillaire affaiblit, quant à lui, les arbres par les racines.

Malgré des traitements aériens conséquents, la processionnaire du chêne est à nouveau très présente en forêt de Fénétrange avec deux conséquences immédiates :

- dépérissement très important de chênes dont l’abattage n’avait pas été prévu,

- urtications qui ont des conséquences fortes sur la présence humaine en forêt de Fénétrange (gestion de la forêt – loisirs).

Conséquences immédiates

La commune de Fénétrange, en accord avec les services de l’ONF, a donc procédé en urgence à l’exploitation et à l’abattage des chênes dépérissants, avant que ceux-ci ne soient totalement secs et n’aient plus aucune valeur commerciale (parcelles 6, 8, 9, 12 et 13).

Cela a certes amené une manne financière immédiate appréciable, car les chênes, de qualité, se sont très bien vendus (114.000 € lors de la dernière vente), mais il n’en reste pas moins que le patrimoine forestier de la forêt de Fénétrange s’en trouve considérablement amoindri.

Coupes prévues

L’exploitation des parcelles 5 et 15 est en cours. L’exploitation de la parcelle 11 a été reportée à 2015.

Toutes les prévisions face à l’ampleur du phénomène ont été faussées : la commune pourra certainement, en 2014, voire 2015, récolter encore de très beaux bois dans les parcelles 6r, 11, tandis que des chemins d’exploitation (BO/BI) seront aménagés dans la parcelle 18.

Exploitations des houppiers de chênes

L’ONF, face à ce phénomène, a dû prendre des mesures de protection et de prévention pour les équipes de bûcherons, très exposés par leurs activités. Ce risque concerne aussi bien évidemment tous les autres exploitants.

Il est aussi fortement recommandé de limiter l’exploitation des houppiers de chênes dans les zones les plus infestées : c’est la raison essentielle pour laquelle, la commune de Fénétrange a privilégié une exploitation mécanisée de ces houppiers qui consiste à sortir de la forêt les bois concernés avec des grappins découpeurs et à en faire ensuite du bois énergie.

Cette opération a apporté à la commune en 2013 la somme de 3600 € (nets ans frais).

Bilan économique et financier

Malgré les différents aléas, notamment climatiques (difficultés de débarder les bois aux périodes souhaitées dans de bonnes conditions), les fluctuations du marché, la forêt communale de Fénétrange constitue une manne financière significative pour la commune.

En 2012 : 65.966 € de recettes nettes.

Il conviendra bien-sûr, face à l’ampleur du dépeuplement des chênes, de prendre les mesures adéquates (régénération), d’effectuer les travaux sylvicoles indispensables dans les parcelles concernées (dégagements, création de cloisonnements et entretien des cloisonnements) et de mettre en place des dispositions indispensables concernant l’équipement général de la forêt : mise en place de passages busés afin de permettre les franchissements de fossé lors des opérations de débardage (parcelle18), entretien des chemins forestiers.

Toutes les opérations en faveur du maintien de la biodiversité ( diversité des essences, protection des berges, conservation d’arbres creux en faveur des oiseaux, de la petite faune et flore seront poursuivis).

Conclusion :

Les plans de coupe sont étalés sur 15 ans et rapportent en moyenne 35000 euros par an.

Nous arriverons progressivement à une période non exploitable à l’horizon 2050.

Publié dans Notre programme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article